AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 An unexpected meeting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: An unexpected meeting   Dim 10 Mai - 19:26

An unexpected meeting

(feat Koizumi Yûji)



Il était déjà midi passé lorsque Phil Soon monta les escaliers. À cette heure-ci, la plupart des élèves devaient probablement se regrouper pour aller manger. Donc, logiquement, le haut du bâtiment devait être désert.
Le jeune homme avait longtemps hésité avant de choisir un endroit où s'entraîner. Les salles de classes vides servaient aux élèves qui voulaient réviser. L'amphithéâtre ne semblait pas être la meilleure solution, puisqu'il n'était peut-être pas le seul à vouloir s'entraîner pendant que les autres mangent. Les couloirs émettaient trop d'échos lorsqu'ils étaient vides. Alors où aller ?...
Après de nombreuses réflexions, le garçon aux cheveux décolorés avait finalement décidé d'aller sur le toit. S'il n'y avait personne, il serait tranquille, et personne ne devrait vraiment l'entendre.
Après quelques minutes passées dans le labyrinthe des escaliers, Phil Soon arriva enfin devant la porte s'ouvrant sur le toit. Il resta un instant figé, hésitant. Et si quelqu'un était présent derrière cette porte ?

« Par pitié... Pourvu que personne ne soit là... Pourvu que personne ne soit là... », pensa-t-il de toutes ses forces.

Une minute s'écoula avant que le jeune homme n'ose poser la main sur la poignée. Il ouvrit tout doucement la porte, puis passa timidement sa tête à travers l'ouverture.

- Il... Il y a quelqu'un ?... demanda-t-il d'une voix frêle.

Il regarda à droite. Puis à gauche.
Personne.
Le jeune Coréen soupira de soulagement, rassuré. L'endroit était désert. Il allait pouvoir s'entraîner tranquillement.
Ouvrant entièrement la porte, Phil Soon sortit enfin dehors, et prit une grande bouffée d'air, les yeux fermés. À son épaule était accroché son sac, dans lequel se trouvait ses textes, ses livres et ses sandwichs. Il avait tout prévu pour passer son temps de midi seul.
Seul... Comme toujours...
Hélas, le jeune homme avait beau tenter de faire des efforts, il avait énormément de mal à s'intégrer. Il n'avait jamais été à l'aise avec du monde. Depuis sa plus tendre enfance, il avait toujours détesté se promener dans les rues bondées de Séoul ou assister aux très nombreuses fêtes de son père. Il était à la limite de l'ochlophobie, sans l'être pour autant. Être avec un inconnu le rendait mal à l'aise, mais peut-être que le fait d'être entouré d'amis lui serait agréable... Si seulement il arrivait à se faire des amis...
Le garçon aux cheveux décolorés s'installa tranquillement, puis feuilleta un texte tout en grignotant un petit sandwich.
Aujourd'hui, mesdames et messieurs, Cyrano de Bergerac.
Le tout premier livre que Phil Soon, enfant, avait lu tout seul parlait de l'histoire de Cyrano de Bergerac, ce grand homme parfait, à l'exception de son grand nez. Lorsqu'il avait appris que l'histoire était tiré d'une pièce de théâtre, il s'était promis de la lire un jour.
Ce jour était arrivé.
Bientôt, il arriva sur une longue réplique qui lui plut immédiatement. Il l'analysa, la mémorisa, puis s'imagina les postures, les gestes, les tons, les déplacements possibles. C'était décidé : il allait s'entraîner sur cette réplique.
Lentement, il se releva, puis ferma les yeux et se concentra. Il répéta le texte en entier dans sa tête, puis rouvrit les yeux. Son regard avait changé.

- Ah ! Non ! C'est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme... En variant le ton, -par exemple, tenez : Agressif : « moi, monsieur, si j'avais un tel nez, Il faudrait sur le champ que je me l'amputasse ! » Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse : Pour boire, faites-vous fabriquer un han...

Il se stoppa net, puis soupira.

« Mauvais ton... C'est des vers, après tout... » pensa-t-il.

Il se calma, puis referma les yeux et se reconcentra.
Trois fois, il recommença. En vain. Il y avait toujours quelque chose qui clochait. Soit un geste trop tardif, soit un mouvement maladroit, soit une mauvaise tonalité.
Il referma les yeux et se reconcentra une nouvelle fois, plus longtemps. Puis il les rouvrit, déterminé. Cette fois, il allait y mettre tout son cœur.

- Ah ! Non ! C'est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme...
En variant le ton, -par exemple, tenez :
Agressif : « moi, monsieur, si j'avais un tel nez,
Il faudrait sur le champ que je me l'amputasse ! »
Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse :
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! »
Descriptif : « c'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule ! »
Curieux : « de quoi sert cette oblongue capsule ?
D'écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ? »
Gracieux : « aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »
Truculent : « ça, monsieur, lorsque vous pétunez,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ? »
Prévenant : « gardez-vous, votre tête entraînée
Par ce poids, de tomber en avant sur le sol ! »
Tendre : « faites-lui faire un petit parasol
De peur que sa couleur au soleil ne se fane ! »
Pédant : « l'animal seul, monsieur, qu'Aristophane
Appelle hippocampelephantocamélos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os ! »
Cavalier : « quoi, l'ami, ce croc est à la mode ?
Pour pendre son chapeau c'est vraiment très commode ! »
Emphatique : « aucun vent ne peut, nez magistral,
T'enrhumer tout entier, excepté le mistral ! »
Dramatique : « c'est la Mer Rouge quand il saigne ! »
Admiratif : « pour un parfumeur, quelle enseigne ! »
Lyrique : « est-ce une conque, êtes-vous un triton ? »
Naïf : « ce monument, quand le visite-t-on ? »
Respectueux : « souffrez, monsieur, qu'on vous salue,
C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue ! »
Campagnard : « hé, ardé ! C'est-y un nez ? Nanain !
C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain ! »
Militaire : « pointez contre cavalerie ! »
Pratique : « voulez-vous le mettre en loterie ?
Assurément, monsieur, ce sera le gros lot ! »
Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
« Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l'harmonie ! Il en rougit, le traître ! »
-Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit :
Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres
Vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot !
Eussiez-vous eu, d'ailleurs, l'invention qu'il faut
Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
Me servir toutes ces folles plaisanteries,
Que vous n'en eussiez pas articulé le quart
De la moitié du commencement d'une, car
Je me les sers moi-même, avec assez de verve,
Mais je ne permets pas qu'un autre me les serve.


Cette fois, Phil Soon sourit. Il avait réussi.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: An unexpected meeting   Lun 11 Mai - 14:10


C’était midi, l’heure de la pause repas. Comme à son habitude, Yûji ne se mêlait jamais à la foule. Il avait pour l’habitude de s’enfermer dans la salle des professeurs, s’asseoir sur un siège de l’amphithéâtre ou d’aller flâner tranquillement sur le toit comme dans ses années lycée. Il avait anticipé la foule et s’était acheté un sandwich le matin même en arrivant à Kirin avant de donner son premier « cours » de la journée. Bah oui maintenant ce n’étaient plus vraiment des cours mais des sortes d’ateliers où tout le monde s’entraînait. Yûji avait encore un  peu de mal à s’adapter à ce nouveau système, mais il s’y faisait, et il trouvait ça intéressant car les étudiants étaient beaucoup plus participatifs qu’avant. Il faut dire qu’en étant juste le tuteur qui surveillait la bonne marche de l’atelier, Yûji était beaucoup moins intimidant. Même s’il l’était encore.

Ce midi-là, c’était le toit. Il faisait beau, il y avait une légère brise printanière agréable et Yûji avait envie d’en profiter. Il allait donc flâner sur le toit. Avec un peu de chance, les étudiants préfèreraient la cour, parce qu’ils n’auraient pas trop le temps d’aller ailleurs ou parce qu’ils restaient en groupe. Souvent, lorsqu’on venait sur le toit, c’était seul ou à deux, pour être à l’abri des regards. En tout cas c’était ce que Yûji avait souvent pensé lorsqu’il était encore à son lycée à Tokyo. Il aimait bien s’y réfugier pour être tranquille. Pourtant il était bien plus sociable que maintenant à cette époque.
Toujours est-il que le jeune professeur prit les escaliers menant directement au toit, et poussa la porte tranquillement. Il s’arrêta cependant net dans son élan en apercevant un étudiant au milieu de la surface bétonnée. Ce dernier n’avait visiblement pas entendu la porte s’ouvrir, trop concentré à répéter une tirade de … En écoutant bien, l’enseignant reconnut un extrait de la pièce de Cyrano de Bergerac, qu’il avait étudié il y a fort longtemps mais dont il se souvenait encore car cette pièce l’avait marqué. Cet étudiant avait tout l’air de s’entraîner, profitant que personne ne puisse l’entendre.

Yûji resta un moment à l’observer en train de tâtonner, de chercher le bon ton, le bon geste, et recommencer plusieurs fois. Au départ il se reprenait au bout de quelques vers puis il finit par réciter la tirade en entier. Et puis une fois arrivé au bout, l’étudiant se tut, sûrement satisfait de lui-même. C’est le moment que choisit Yûji pour sortir de l’encadrement de la porte qui se referma dans un grincement désagréable, et il s’approcha de lui en disant : « mets un peu plus d’énergie dans ta voix. » Il arriva à sa hauteur et esquissa un sourire discret, il était rare de voir le nippon sourire, cela était souvent lié au théâtre d’ailleurs. « Tu as du potentiel, il faut que tu travailles l’intonation et le placement de ta voix. On t’a déjà appris la respiration ventrale ? » demanda-t-il. C’était très important en théâtre après tout. « Mais en tout cas, Cyrano est un bon choix, j’approuve. » Yûji bavard, il n’y avait que le théâtre pour réussir à lui tirer quelques mots.
avatar
♫ DC : Kang Jae Sun ─ Yoon Min Ho
♫ AVATAR : Mukai Osamu
♫ ÂGE : 27 ans
♫ POINTS : 146
Théâtre

Voir le profil de l'utilisateur http://odis.forum-actif.net
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: An unexpected meeting   Sam 16 Mai - 11:32


Phil Soon aimait s'entraîner. Et être seul. Un royaume de solitude et de théâtre, où sa mère était reine. Voilà de quoi était constitué son monde. Jamais il n'avait eu d'amis. Jamais il n'avait eu le cran de sympathiser avec quelqu'un. Car à chaque fois qu'il approchait quelqu'un, ou que quelqu'un l'approchait, il avait l'impression d'être de trop et voulait immédiatement s'enfuir. Cependant, ce manque d'affection, d'amitié, d'amour, le jeune Coréen le ressentait. Et, ne pouvant assouvir ce besoin social, il avait fini par compenser en s'entraînant assidûment sur les pièces de théâtre.

Le sourire du jeune homme disparu lorsqu'il entendit la porte grincer de manière effrayante, puis claquer, comme si elle venait de se fermer. Brusquement, son corps se figea, telle une statue de pierre. Son visage pâlit, devenant d'une lividité inquiétante. Il voulut bouger la tête, vérifier que la porte ne s'était pas ouverte toute seule, mais son corps, paralysé, semblait refuser de lui obéir.
Le garçon aux cheveux décolorés ne se retourna que lorsqu'il entendit une voix lui dire de mettre un peu plus d'énergie dans sa voix.
Un professeur.
De théâtre.
Aïe...
Phil Soon écarquilla les yeux, paniqué. Quelqu'un était là. Quelqu'un l'avait surpris en train de s'entraîner. Son cœur s'affola, accélérant ses battements, faisant trembler tous ses membres.
Le jeune Coréen ne put dire un seul mot, la gorge noué par un malaise profond. Lentement, il recula lorsque le professeur avança vers lui. Hélas, il ne put faire plus de deux pas avant buter contre le petit muret qui indiquait les limites du toit. Tremblant de plus belle, le jeune homme eu un bref regard vers le vide qui se trouvait derrière lui. C'était fini. Il n'avait plus d'issues.
L'étudiant déglutit, baissant les yeux vers le sol, n'osant croiser le regard de l'homme qui était désormais à sa hauteur. Il se contenta de s'incliner fébrilement, les mains jointes contre son ventre tout contracté.

- B-Bonjour, Monsieur... dit-il d'une voix frêle, tremblante.

Il se redressa, osant un instant regarder le professeur dans les yeux. Le petit sourire discret qu'il devina sur ses lèvres le détendit légèrement, faisant immédiatement cesser ses tremblements. Il souriait. Cela voulait dire qu'il n'était pas mécontent de sa présence, non ?...
Se rendant compte qu'il était en train de fixer l'homme face à lui, Phil Soon baissa immédiatement les yeux, légèrement gêné. C'était la première fois que quelqu'un d'autre que sa mère lui souriait. Si ce sourire lui était vraiment destiné...
Attentif, il écouta le conseil du professeur, avant de fermer les yeux. Oui. Bien sûr, qu'il connaissait la respiration ventrale. C'était la base, la chose la plus importante à savoir en théâtre, et probablement dans d'autres secteurs où la parole est importante, comme le chant. Mais cette respiration n'était pas naturelle chez lui. Et puisqu'il était dehors, il ne pouvait pas s'entendre comme d'habitude et adapter sa voix en conséquence. Enfin, c'était ce qu'il tentait de se faire croire. La vérité, c'était qu'il n'osait pas parler fort parce qu'il avait peur d'être entendu depuis le toit.

- Oui, Monsieur... murmura-t-il faiblement. C'est la première chose que l'on m'a appris... Mais ce n'est pas encore quelque chose qui me vient naturellement, malheureusement...

Il releva immédiatement les yeux en entendant l'homme dire qu'il approuvait son choix de pièce. En revoyant le sourire du professeur, le jeune Coréen ne put s'empêcher de sourire faiblement, avant de s'incliner une nouvelle fois.

- Je vous remercie... dit-il d'une voix plus douce, moins fébrile.

Puis, les yeux de nouveau baissés, il osa reprendre la parole, un peu hésitant.

- Ma... Ma présence ne vous dérange pas ?... Vous pouvez me le dire si c'est le cas...
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: An unexpected meeting   Sam 30 Mai - 18:09

Yûji ne comprit pas tout de suite pourquoi l'étudiant aux cheveux décolorés avait pris peur en le voyant arriver sur le toit, reculant comme une proie apeurée par son prédateur jusqu'à atteindre le muret derrière lui. Il faisait si peur que ça ? le nippon savait bien que sa réputation avait tendance à le précéder, mais tout de même ... Ou peut-être qu'il pensait être une gêne pour son professeur ? Dans tous les cas, sa réaction des plus décousues laissait le jeune homme perplexe.
Cependant le léger sourire de Yûji sembla détendre l'atmosphère et l'étudiant se décontracta quelque peu. Il lui posa alors des questions typiques de la matière qu'il enseignait, notamment sur la respiration ventrale. Le jeune homme lui répondit que cela faisait partie des premières bases qu'il avait apprises en théâtre mais que ce n'était pas encore tout à fait naturel. C'était certain que ce petit bonhomme avait l'air plutôt timide, ce qui expliquait pourquoi ce n'était pas naturel. La preuve était qu'il s'entraînait sur le toit, à l'abri des regards et des oreilles indiscrets, et il s'était stoppé net dans sa tirade lorsqu'il avait réalisé la présence de Yûji sur le toit. " C'est une question d'habitude et d'entraînement. Tu y arriveras si tu persévères. " ajouta-t-il avec sérieux.

Puis le jeune homme sembla ravi de voir que son professeur approuvait son choix de pièce. Il remercia d'ailleurs ce dernier en s'inclinant légèrement, ce qui déboussola quelque peu Yûji qui ne sut pas comment réagir. Ce petit gars était un peu trop poli et timide à son goût, ce qui le déstabilisait. Yûji n'était pas bavard et encore moins sociable, mais il n'était pas timide en tout cas.
Puis il décida de répondre à la question de son étudiant. " Non pas du tout, et puis tu étais là avant moi. Je ne savais pas que des étudiants fréquentaient le toit à la pause de midi " lâcha-t-il nonchalamment.
Son sandwich à la main, le jeune professeur cassa son image de professeur en allant s'adosser contre le muret avant de se laisser glisser le long de celui-ci et de s'asseoir par terre, genoux remontés et légèrement écartés. Il ouvrit le sachet plastique de son sandwich et commença à manger. Puis il avala une première bouchée et s'adressa à nouveau à l'étudiant : " J'aimerais bien que tu recommences en fait, comme ça je pourrai observer ta façon de jouer. Enfin, si ça ne te dérange pas. " avait-il ajouté en se souvenant que le jeune homme avait l'air un peu embarrassé avec la présence de son enseignant.

HJ - désolée c'est hyper court mais je ne savais pas quoi faire de plus ^^'
avatar
♫ DC : Kang Jae Sun ─ Yoon Min Ho
♫ AVATAR : Mukai Osamu
♫ ÂGE : 27 ans
♫ POINTS : 146
Théâtre

Voir le profil de l'utilisateur http://odis.forum-actif.net
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: An unexpected meeting   

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
An unexpected meeting
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» meeting with the devil.
» [Fan-fiction] Le très Haut Conseil BIONICLE
» [Saint-Dié] The Legacy Meeting 2 / 4-5-6 Mars 2011
» Solution autonome sur NAS
» Help - Pb Cyberboard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» K I R I N • :: HAPPY ENDING :: La boîte à rps :: Le cimetière des rps-